jocelyne robert

Qui est-elle? Jouons un peu…

ELLE ne fut pas créée par Dieu mais par M_  _ _ _

 

 

–  Elle a eu 51 ans le 9 mars dernier  mais fait poupoune de 18 ans

–  En principe, elle devrait être en pleine ménopause mais celle-ci est sans prise sur elle

–  Sa vraie mère, Ruth Handler  est une anglaise de 89 ans

–  État civil : elle  été fiancée au même bellâtre pendant 38 ans sans jamais l'épouser

–  En fait, le mariage n'aurait pu être consommé puisqu'elle n'a pas de vagin

–  Elle vit à Los Angeles et a été beaucoup talonnée par les mouvements féministes…

–  Bien adaptée, la voici (svp ne pas cliquer sur liens avant d'avoir tout lu)geekette et porteuse de message sociaux un tantinet féministes

Vous devinez ?

 

–  Mannequin de tous les talents, elle a exercé tous les métiers : ballerine, agente de bord, vétérinaire, astronaute, star de rock,  médecin, ambassadrice…

–  La tendance politically correct la condamna à un épisode en fauteuil roulant il y a quelques années (ce qui ne l’empêcha pas de devenir championne de soccer ensuite!)

–  Née avec le phénomène Bardot, elle porte comme elle (la plupart du temps), une toison d’or

Vous n’y êtes pas encore?

 

–  Elle est restée chaste tout en fréquentant le même garçon depuis 1961

–  Il y a de fortes probabilités que votre fillette l’idolâtre ou l'ait idolâtrée

–  Ses étonnantes mensurations:  127 mm de poitrine, 25 mm de taille, 115 mm de hanches approximativement!

Confidence : si votre tour de taille fait un enviable 28-30 pouces,  vous devriez avoir, pour correspondre à ce gabarit,  140 po de tour de poitrine!   Sans doute vous précipiteriez-vous, le cas échéant, chez un plasticien pour une réduction mammaire!   Chose certaine, vous auriez plus de chances d’être une attraction de cirque qu’un top model!

 

Vous avez reconnu cet incontournable membre de votre famille :  Barbie.   Figurine de plastique bien roulé, plus d’un milliard de fillettes, sur tous les continents,  n’en finissent plus de l’habiller et de la déshabiller depuis 51 ans. Des centaines de milliers de mètres de fringues griffées qui font de Mattel le leader mondial  du « prêt à porter ».    Barbie :  une féerie de Noël qui scintille à la petite semaine.

 

Un corps fabuleux.

Des jambes à l’infini, un galbe de déesse, une fraîcheur impérissable.  La séduction et la féminomanie incarnées.  Un symbole sexuel vraiment universel.  Paradoxe des paradoxes,  le seul symbole sexuel qui n’a pas de sexe!

Barbie est à l’image des sirènes d’Ulysse :  enchanteresse poitrine, sexe en queue de poisson. Le mythe oblige:  pas de vagin donc pas de règles, pas de syndrome prémenstruel, pas de vaginite, pas de grossesses ou  d’accouchement, pas de pré-ménopause en vue.  Pour elle, nul assujettissement à la nature ou au temps qui passe !  Une fiancée  intemporelle, un mariage inconsommable.  ( Papa  Mattel a de la suite dans les idées!)

Des amours légendaires

Le partage de la sexualité, le désir d’enfants et, il faut bien l’admettre, le sentiment d’incomplétude dans le célibat invitent à former un couple stable.  Mais Barbie ne peut convoler : hypersexuée au nord, elle est  asexuée au sud.  En courtisant cette nymphe inaccessible et souveraine pendant une quarantaine d'années,  Ken a poursuivi un fantasme. Désir sans cesse renouvelé parce qu’inassouvissable. Il était condamné à perpette à lui servir de faire- valoir, le pauvre.  Il en va de même pour tous les figurants de l’univers barbien :  l’amie Skipper, la frangine Stacie et toute la ménagerie illuminent  la prima donna.  Mais, ne nous méprenons pas : Barbie, objet sexuel,  possède du  pouvoir et du cash!

Une représentation mythique

Selon moi, Barbie suscite le rêve bien plus que l’identification.  Avec elle, la petite fille  a surfé sur des vagues d’or et de cristal.  Elle devient princesse, lauréate, hôtesse impeccable… qui flanque tout en l’air quand elle en a assez!  Elle s’offre un château,  voyage seule quand ça lui chante, gagne des compétitions,  fait des études, excelle dans  toutes les professions ou à ses fourneaux  (ben oui, ça aussi…).  Mais elle n’attend jamais après personne et ne compte que sur elle-même.

Les adolescentes de 12 ou 13 ans ont joué à la Barbie. Sauf de rares exceptions, elles ne lui ressemblent guère. Et fréquenteront l’Université en plus grand nombre que les Ken… Tiens, cela me fait penser… Les petites filles dont j'ai fait partie se projetaient dans un modèle de mère; ma fille s'est projetée dans le modèle Barbie ( beauté et pouvoir); ma petite-fille risque bien, si elle est dans l'air du temps, de se projeter dans un modèle de femelle bandante (girly power)

Il y a une vingtaine d'années, Happy to be me voulut rivaliser avec la diva.  Avec ses larges  pieds dans ses godasses plates, la boulotte brunette ne passât pas la rampe.  Parce que les petites filles  ne s’y sont pas identifiées pensez-vous?  Probablement le contraire :  parce qu’elles se sont trop bien reconnues en elle.  Comment accéder  à la magie  du rêve avec une poupée si proche de la dure réalité?

Pin It
Publié dans : Femmes, Rôles et stéréotypes sexuels culturels
Avec les mots-clefs : , , , , , ,

5 commentaires

  • Commentaire de Renée — 3 novembre 2010 à 13 h 59 min

    « Bénie soit la providence qui a donné à chacun un joujou : la poupée à l’enfant, l’enfant à la femme, la femme à l’homme et l’homme au diable »
    Victor Hugo
    Mort en 1885, c’est l’ancien temps ça. Et pourtant, au hasard j’ai noté ce passage qui m’a fait réfléchir. Réfléchir…sans être d’accord.
    Quand on sait quelle vie a mené ce « grand » homme, on réfléchit moins longtemps. Et pourtant, il a aussi écrit « L’art d’être grand-père ». Je n’en ai lu que des extraits.

  • Commentaire de Renée — 31 octobre 2010 à 19 h 11 min

    Si Adam a été créé avant Ève, Barbie l’aura été avant Kent. « La femme aura besoin de son compagnon ».
    Une belle accompagnée d’un beau, sans poil et sans gras. Kent aura eu une garde-robe appropriée à toutes ses fonctions, celui-ci étant un homme polyvalant: un ingénieur de poupée masculine
    Le Kent, n’avait pas à retirer sa feuille de vigne, ni son étui pénien en laine, confortable les jours de froid.
    Sans organes génitaux, ils n’auront pas eu à se reproduire. Seulement des copies/conformes.
    Barbie a été offerte aux filles à ce moment où les féministes en ont eu assez du maternage, grâce à la contraception. Pouvait-on alors remplacer le catinage par le « toilettage ».
    Dans les années 80, j’ai offert à mes enfants des « Bout choux », poupées molles aux grosses têtes de caoutchouc. ( poupées unisexes ,sans sexe)
    Qui de vous se souvient de ça?

    Chanson de France Gasll: « Je suis une poupée de cire , une poupée de sons… »
    Les années 60
    Renée

  • Commentaire de Jocelyne Robert — 31 octobre 2010 à 10 h 50 min

    Quelle intéressante histoire. Une vrai fable de la fontaine Renée ;)) si féconde! Merci de ce partage!

  • Commentaire de Renée — 31 octobre 2010 à 10 h 17 min

    La femme mythique…Je n’offrirai pas de Barbie à ma petite-fille(rire). Est-ce elle qui en demandera une (rire)
    Ce matin , je me suis souvenue de cette histoire:
    Une histoire vraie, celle de la femme de ménage à talons hauts.
    Il y a une dizaine d’années, j’avais demandé les services d’une femme de ménage, ayant vu son annonce dans le journal municipal. Elle arrivait chez moi en jeans moulant et talons hauts, lesquels elle retirait pour porter ses basquets plus confortables. Elle devait avoir 40 ou 50 ans.
    J’appris par la suite que cette femme avait quitté son mari et ses trois enfants dû au fait qu’elle était tombée en amour avec un suisse. Relation amoureuse virtuelle torride avec web cam. Elle devait donc gagner sa vie en faisant des ménages à droite et à gauche. Un jour elle eut assez d’argent pour aller visiter l’amant virtuel qui était déjà en relation conjugale.
    Une fois là-bas, elle rencontra le gars qui s’avéra plutôt froid. Il finit par lui signaler que la relation était plus excitante à distance, quelque chose comme ça. Son séjour étant prévu pour une courte durée, elle revînt donc au Québec et continua à faire des ménages .
    Renée

  • Commentaire de Renée — 29 octobre 2010 à 19 h 06 min

    Je n’aime pas …particulièrement ce dernier billet: la « mythique »
    Le précédent…
    Fanny Ardent, ou Ardant
    Je me suis rappelée de ces campements de roulottes installées le long de l’auto-route. Je me suis dis , fort heureusemnt ils ont été ramassés, localisés. Ils ne seront pas dans mon parc attenant à ma maison.
    La femme se présentant comme une anti-faciste nous résorbe.
    Je ne suis pas une ancienne actrice, je suis une prof retraitée et j’ai déjà ma mission…laquelle,
    à maintes fois, j’en ai parlé.
    Renée

Laissez un commentaire