jocelyne robert

Jamais un phénomène sexo-physiologique n’a autant été récupéré par la pornographie. Il suffit de taper « éjaculation féminine » dans Google pour être téléporté au milieu d'un harem de «  pétasses bien baisées », grâce, bien sûr, au bâton des  grands sourciers…

L’expression même est mal choisie puisque la manifestation n’a rien a voir avec l’éjaculation masculine qui consiste en l’émission de sperme. Cela montre bien, encore une fois, l’historique tendance à expliquer la femme par l’homme et à fonder, à tort, l'érotisme féminin sur l'érotisme masculin.  

On parle aussi de femmes sources, de femmes fontaines.  C’est à la psychanalyste Frédérique Gruyer qu’on doit cette expression dont elle fit le sous-titre d’un livre en 1984. Ces appellations, plus empreintes de poésie, portent néanmoins une connotation de supériorité agaçante: si tu n’es pas fontaine qui es- tu ? Une femme gouttelette…?

Enfin, loin d’être nouveau, le phénomène aurait, selon Leleu, Sundahl et d’autres, été observé dès l’antiquité. Les nectar des dieux, liqueur féconde, écoulement tantrique y référaient. Dit-on.

Qu’en est-il du phénomène et du liquide-mystère expulsé?

Il s’agit d’une expérience vécue par un certain nombre de femmes consistant en l’expulsion en jets, parfois puissants, d’un liquide, pendant l'orgasme, ou en cours d’activité sexuelle.  Peu  de femmes en parlent. Le mystérieux liquide serait clair et moins visqueux que le lubrifiant vaginal. Et la quantité « éjaculée » varierait énormément d’une femme à l’autre, et selon l'intensité de l’excitation sexuelle.  Ce liquide est expulsé par l’urètre et non par le vagin. 

Si on est unanime à reconnaître l’existence du phénomène, les chercheurs, médecins, scientifiques, sexologues ne s’entendent pas sur les propriétés du liquide émis.

Grafenberg et Wipple croient qu’il est unique et spécifique. Pour Masters & Johnson, ainsi que pour Kaplan, il s’agit d’un dysfonctionnement urinaire lors des contractions provoquées par l'orgasme et cette eau serait essentiellement constituée d’urine.

Schubach a voulu en avoir le cœur net . Il a installé un cathéter via l’urètre dans la vessie de femmes volontaires qui déclaraient avoir régulièrement des « éjaculations ». Une émission de liquide, déclenchée lors de masturbations accompagnées d’orgasme, a effectivement été observée. Le liquide analysé s’est révélé être constitué essentiellement d’urine mêlée d’un peu de sécrétion provenant des glandes de Skene.

Cette dernière étude est intéressante, bien au delà de l'analyse des propriétés du liquide. Elle vient contredire:

1. L’idée souvent émise par de nombreux hommes et par des « femmes éjaculatrices » que ce type d’orgasme puisse être dépendant de la qualité de la relation à l’autre et de la capacité d’abandon et de confiance
2. L’hypothèse à l’effet que « l’orgasme éjaculatoire féminin » soit exclusivement le lot ( je n’ai pas écrit le gros lot) d’un érotisme vaginal et d’une stimulation de la région du point G
3. La croyance colportée à l’effet que la baguette du sourcier soit indispensable et nécessaire au jaillissement de la fontaine

Distinguer le vrai …

  • Le phénomène existe
  • Les mécanismes liés à son activation sont très controversés
  • Entre 10 et 40%  des femmes l’expérimenteraient
  • Pour certaines, l’expérience est récurrente et régulière alors que d’autres l’ont éprouvée une seule fois ou à l’occasion
  • La quantité de liquide varie et ne se mesure pas toujours en litres,  comme le prétend la pornographie
  • Toutes les femmes ne se glorifient pas d’éprouver cette expérience. Nombreuses sont celles qui demandent à être « guéries ». Elles en ont marre de devoir changer la literie à chaque relation sexuelle et plusieurs freinent leur sexualité tant cela leur est pénible .

…  Du faux

  • Le phénomène n’est pas systématiquement associé à l’orgasme (certaines femmes sont capables de se « faire éjaculer » sans éprouver le moindre orgasme)
  • Il n’a jamais été mesuré que l’orgasme « éjaculatoire féminin » était plus intense ou supérieur. 

J’espère que ce survol de la question rassurera un peu TOUTES  les femmes. Et surtout, que celles qui n'expériment pas l'expérience, autant que celles qui l'éprouvent, cesseront de se laisser tourmenter par la quête d'une peudo normalité ou d'une performance présentée comme ultime.

 

Pin It
Publié dans : Corps, Culture et Société, Érotisme et/ou Pornographie, Femmes, Pornographie, Sexologie, Web
Avec les mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

19 commentaires

  • Commentaire de Jocelyne Robert — 5 juin 2013 à 12 h 53 min

    Marco, c’est le seul lien que j’ai trouvé: http://www.radio-canada.ca/emissions/les_docteurs/2011-2012/document.asp?idDoc=212047

    Je ne vois rien sur Touttv non plus… Peut-être faut-il vous adresser à Radio-Canada. Désolée 

  • Commentaire de lessard marco — 4 juin 2013 à 21 h 18 min

    Bonjour moi et ma conjointe cherchont lemmison. Les docteur a radio canada. Ou. Vous etes aller parler du point G mais pas moyen de trouver lemission auriez vous le lien par hasard

    Je vous remercie a lavance et bonne journee

    Marco Lessard 😉

  • Commentaire de Renée — 3 mars 2013 à 17 h 54 min

    Dixit JR sur la « fontaine »,
    Parfois il faut relire.

    « L’expression même est mal choisie puisque la manifestation n’a rien a voir avec l’éjaculation masculine qui consiste en l’émission de sperme. Cela montre bien, encore une fois, l’historique tendance à expliquer la femme par l’homme et à fonder, à tort, l’érotisme féminin sur l’érotisme masculin. »

    Le petit jet d’eau claire est sans odeur, j’ai vérifié. Il arrive à un moment de non pénétration et òccasionnellement,
    Youkali de la Fontaine

  • Commentaire de Tina — 2 mars 2013 à 11 h 19 min

    Ha oui! Dernier detail: ça aurait d’l’air que les femmes fontaines sont en plus MULTI-ORGASMIQUES et vaginales a tous les coups, rien de moins! Pas facile d’être juste une femme « ordinaire » et de lire des affaires de même.( Puis qu’il y aurait des femmes nées avec un point G et d’autres pas.) je me demande pourquoi les femmes ne se révoltent pas et acceptent de se faire rentrer des complexes dans la tête.

  • Commentaire de Tina — 2 mars 2013 à 11 h 00 min

    Bonjour a tous, je sais que je répond un peu tard. J’ai trouve cette page sur Google. Je fais mes propres recherches sur la sexualité ces temps-ci, car je me pose des tas de questions après une crise que mon couple a traverse et que nous sommes en train de solutionner grace a une sexualité plus fréquente et épanouie. J’apprécie beaucoup les articles de Jocelyne Robert. Il y a très peu d’articles intelligents et vraiment informatifs comme les siens sur Internet, les magazines feminins et même plusieurs livres. J’ai remarque que du côté francophone, de la France surtout, c’est pire. Je me tourne plutôt vers les articles américains et québecois. Je pense que les français sont un peu sous-developpes en matière de sexualité, moins scientifiques, et pragmatiques et suivent encore l’école freudienne… Bref, il se dit tellement de choses sur l’ejaculation feminine, sans être reelement informatives. On se fait toujours dire que les femmes fontaines sont supérieures, que c’est l’orgasme le plus intense, l’expérience ultime. Comment doit-on se sentir si on ne le vit pas? Comme des femmes a la sexualité incomplète? Les sexologues français partent sur leur trip poétique et leur grand lyrisme pour vanter la supériorité des femmes fontaines. Ils sont très bons dans la masturbation intellectuelle la-bas, mais moins pour donner des explications concrètes. Ils font pareil avec les histoires de point G… Pauvres nous médiocres femmes clitoridiennes qui ne giclent pas dans tous les sens! Il y a même des articles qui nous suggèrent de tromper notre chum, si on ne vit pas cette expérience ultime avec lui. Toujours est-il que ça m’est arrivée une seule fois dans ma vie d’être femme fontaine, et je n’avais pas eu d’orgasme du tout avec le gars. Même pas un tout petit peu de jouissance, même si je l’aimais (ceux qui nous font croire que ça arrive juste quand on est « vraiment amoureuse »…). Le gars a réagit très mal. Il m’a accuse d’avoir pisse dans son lit. Et moi je ne comprenais pas ce que c’était. J’étais au debut de la vingtaine et un peu ignorante et naïve.

  • Commentaire de mildred. — 4 avril 2012 à 8 h 24 min

    Renée très chère,je suis mère de trois beaux grands garçons que j’ai eu avec un homme bien masculin avec lequel j’ai été marié pendant quatorze ans,j’ai un charme féminin bien évident,des belles grosses boules,une taille fine,pas un poil nulle part et pourtant j’ai aimé une femme(bien féminine aussi) comme on aime un homme,l’amour n’a pas de sexe et « le sexe » n’est pas sexiste.

  • Commentaire de Renée — 3 avril 2012 à 18 h 57 min

    Gral…pour avoir été allumé bin raide, vous devez être un masculin.
    « Ni performance, ni disfonction »…quelque chose d’occasionnel en passant. On en fait pas une commande ni une obligation.
    On ne peut obliger une femme à « éjaculer »
    Une femme androgyne aux petits seins, aux poils en-dessous des bras et qui en plus plus fait un jet…
    Quand je caresse le torse de mon amiamant, je n’y espère pas des seins

  • Commentaire de Gral — 2 avril 2012 à 0 h 38 min

    Je me souviens au CEGEP en psycho de la sexualité on avait visionné un vidéo de Master et Johnson où ils masturbaient une femme avec vigueur jusqu’à ce que celle-ci éjacule, explose même, dans toutes les directions. C’était assez impressionant et sexy…j’étais allumé bien raide…

  • Commentaire de Jocelyne Robert — 1 avril 2012 à 17 h 32 min

    Selon la littérature sérieuse et scientifique, non .
    Vraisemblablement, ce serait les contractions de l’utérus, au moment de l’orgasme, qui créeraient un impact sur la vessie.
    Une jeune femme me disait récemment que, si elle vidait sa vessie puis se faisait jouir elle-même avant un rapport sexuel, la quantité de liquide émis lors d’un orgasme subséquent était vraiment moindre…

  • Commentaire de Renée — 1 avril 2012 à 17 h 13 min

    Se pourrait-il que ce phénomène de « jet » soit lié à l’âge des femmes?
    Sexualité tardive, ménopausée, maturée?
    Glandes de Skene?
    Petite ouverture à gauche de l’urètre ( selon le dessin)
    L’âge des sexes

  • Commentaire de mildred. — 30 mars 2012 à 17 h 46 min

    Avant mes 46 ans je ne sais pas,alors j’ai rencontrer la femme de ma vie et l’orgasme de mes années d’avant avec mon mari et quelques amants ne m’avait jamais je crois bien fait remarquer la chose;le déroulement de l’action pour parvenir au bonheur total est quelque peu selon moi différent selon le genre du partenaire.Je considère les glandes de Skene directement responsable du phénomène;je dirais que je ressens un plaisir certain lors de ce jaillissement de liquide que j’ai associé directement à l’orgasme au féminin sans pénétration se soutenant qu’avec une forte stimulation du clitoris et des zones environnante s’y rapprochant;cette émission de liquide je la ressens vraiment comme une éjaculation ,une bonification de l’acte,qui m’apporte la jouissance finale et j’ai honte de mouiller ainsi.Hélas la femme de ma vie est retourné vers son vieux qui lui apporte la sécurité de la vieille.Ma douche me procure parfois ce phénomène mais cela prend trop de temps pour y parvenir et j’y renonce volontier puisque je le connais bien et que je suis capable de le sublimer.

  • Commentaire de Roy Messie — 30 mars 2012 à 14 h 41 min

    C’est plus surprenant quand ça arrive durant un cuni… et àmha il y a une très légère ‘saveur’ salée.

    Par ailleurs, c’est vrai que 1- il faut simplement prendre les précautions pour la literie en relation pénétrante et que 2- pour le mâle (on ne changera bien jamais…) ça fait un p’tit v’lours quand la partenaire ns informe que c’est une première!

    Je ne savais pas pas pour les glandes de Skene. Merci!

  • Commentaire de Jocelyne Robert — 29 mars 2012 à 22 h 40 min

    Merci Renée. Partage intéressant. Multiplicité des expériences .

  • Commentaire de Renée — 29 mars 2012 à 19 h 24 min

    Ça m’est arrivé une première fois dans la cinquantaine avec un nouvel amoureux. J’en avais été un peu gênée, pensant avoir uriné. Et pourtant il y avait eu un plaisir certain mais pas à la hauteur de l’orgasme. Quelque chose de différent.
    Fontaine, loin de là, petits jets.
    Ça revient rarement, occasionnellement.
    Une fois j’ai eu l’idée d’inspecter le liquide; c’était claire comme de l’eau et sans odeur. Et pourtant ça venait de l’urètre.

  • Commentaire de Dydier Defaye — 29 mars 2012 à 18 h 12 min

    au début cela l’a étonné ça ne lui étais jamais arrivé avant moi(je suis son 3ème mari) mais ça ne lui posais pas de problème ni à moi on prenait seulement nos précautions pour protéger la literie. on avait aussi remarqué que plus elle avait du plaisir et plus elle inondait et quand elle avait pas de plaisirs ou peu (ça pouvait arriver je ne suis pas superman) rien.

  • Commentaire de Jocelyne Robert — 29 mars 2012 à 18 h 00 min

    Merci Dydier. Encore récemment une jeune femme s’est adressée à moi. Elle serait prête à tout pour que cette manifestation cesse …

  • Commentaire de Dydier Defaye — 29 mars 2012 à 17 h 54 min

    article très intéressant, mon épouse étant dans ce cas

  • Commentaire de Jocelyne Robert — 29 mars 2012 à 17 h 11 min

    🙂

  • Commentaire de monia — 29 mars 2012 à 17 h 09 min

    Article passionnant, comme toujours. Merci! 😉

Laissez un commentaire