jocelyne robert

Quelques précisions

Non, ça n’est pas moi sur la page couverture. Je n’allais pas dans les manifs avec ma sacoche!
Ce livre fait suite à Mensonges d’enfance de la trilogie Gwendoline dernière.
Autre chose, l’implication de Gwendoline lors de la crise d’octobre 1970 est le pivot du livre mais pas tout le livre. On passe ensuite du collectif au privé. La dernière partie, plus érotique, porte sur la libération, sexuelle et féministe de l’héroïne.

22688757_1753092911381595_2648736849460865460_n

Quelques critiques

« Un roman fascinant, audacieux, courageux et tout simplement indispensable » Josée Legault, journaliste au Journal de Montréal et commentatrice à Radio-Canada

« Extrêmement poignant… ce livre est un vrai page turner » Isabelle Craig, journaliste à Radio-Canada

« Une partie cruciale de l’histoire du Québec vue par une femme qui la traverse. Très touchant. Jamais rien de semblable n’a été écrit. » Robin Philpot, essayiste, journaliste

« J’ai adoré. Nous sommes transportés dans l’histoire foisonnante de la fougueuse Gwendoline, dans les années 70. Une écriture musicale. Un grand roman. » Manon Trépanier, libraire

« Jocelyne, je suis à lire ton livre et je suis passionnée par ton histoire du temps des évènements d’octobre. C’est très touchant et très bien écrit comme un suspense. Je ne pouvais arrêter. Je ne savais rien de tout ça. J’aime beaucoup ton livre. xxx » Louise Latraverse, comédienne

« Bravo Jocelyne Robert pour Éclats de femme !!! Je trouve que l’histoire de Gwendoline s’entremêle merveilleusement bien à l’histoire du Québec et permet un regard nouveau sur la Crise d’octobre. J’ai été grandement touché par le portrait de la famille Rose et par la solidarité des femmes de la prison de Parthenais. Bon succès! » Félix Rose, réalisateur et cinéaste

«  Dans ce roman, Jocelyne Robert décrit de l’intérieur – et d’un point de vue féminin – la crise d’Octobre et les événements marquants des années 1960 et 1970 au Québec. Un livre écrit avec tout son cœur… et en témoin privilégié de l’époque. « C’est mon livre le plus habité, le plus poignant », dit-elle. Pour le lecteur aussi. » Marie-France Bornais, Journal de Québec, Journal de Montréal

« Si vous ne lisez qu’un livre cette année, optez pour celui-ci. Vous ne le regretterez pas! » Jean-Robert Primeau, lecteur boulimique.

« J’ai adoré Éclats de femme et tout particulièrement l’épisode de Vancouver et celui de Parthenais. Bravo! » Denis Vaugeois, historien, éditeur, ex-ministre de la culture et ex ministre des communications

« Devrait être obligatoire au secondaire . Les jeunes s’intéresseraient peut-être à l’histoire avec ce roman plein de rebondissements » Thérèse David, animatrice radio et professeure

« J’étais habité par les états d’âme des personnages. Des suspenses, il y en a ! La finale est renversante; la chute, extrêmement bien réussie. Une suite s’impose. » Raymond Fleury ex enseignant de français.

« Je suis en train de lire votre livre et vous dire … l’émotion s’empare intensément de moi. Et vous me redonnez le goût du Québec comme le slogan de 1976. » Hélène Morin

« En général j’essaie d’éviter ce qui me rappelle les années 60 et ses espoirs aujourd’hui décus parce que ca me fout le cafard alors j’ai un peu hésité a lire ton livre. J’ai bien fait de ne pas m’écouter. C’est un très beau livre, très touchant. » Yves Langlois

Dans Éclats de femme, j’aime la façon dont Jocelyne Robert met les pendules à l’heure. Merci. » Marie-France Gagnon

« Mes trois coups de cœur. 3 livres de 3 femmes que j’admire beaucoup! Éclats de femme de Jocelyne Robert (et les dernières publications de Kim Thuy, de Janie Duquette ») Caroline St-Hilaire, ex députée, ex mairesse de Longueuil, et commentatrice politique sur le réseau TVA

« Je viens de terminer Éclats de femme. La fin m’a scié les jambes. Je suis comme ton éditeur. J’attends le tome 3 . Bravo Jocelyne et bon succès. » Dominique Néron, militant politique

« Éclats de femme de Jocelyne Robert, un roman qui incite à réfléchir sur la fragilité de la démocratie, à questionner notre désengagement politique et la grande fragilité des relations homme-femme. Merci de nous chavirer ainsi… Marlène Harvey, psycho-thérapeute

« Sans avoir lu le 1er tome. je n’ai eu aucune difficulté à entrer dans Éclats de femmes que j’ai dévoré. Ce livre nous replonge dans le climat de la fin des années 60, début des années 70 (…) On s’y retrouve. Est-ce que j’ai aimé ce livre ? NON, j’ai simplement adoré, c’est un méga coup de cœur. Je vais de ce pas me procurer le premier livre de la série, Mensonges d’enfance… » Lynda Massicotte, blog de lecture, Les 1000 et une pages de LM.

 

Pin It
Publié dans : Culture et Société, Histoire du Québec, Littérature, Politique, Roman
Avec les mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

0 commentaire

 

 

 

Laissez un commentaire